Vous êtes ici : Accueil le Festival jury 33e festival

LE JURY DU 33e FESTIVAL DE MÉNIGOUTE

Page en cours de construction

 

 

©Louis Albesa

Ornithologue de terrain Guilhem Lesaffre , président du jury du 33e Festival de Ménigoute

 

Ornithologue de terrain depuis 45 ans, Guilhem Lesaffre présidera le jury du prochain Festival de Ménigoute. À l'occasion de la sortie de son ouvrage le plus personnel, "Les oiseaux ont (beaucoup) de caractère", paru chez Rustica, retour sur le parcours de cet auteur militant, également vice-président du Corif et administrateur de la LPO.

• Vous figurez parmi les ornithologues les plus médiatiques : comment expliquez-vous cela ?
Ce sont mes livres, Le Grand Envol notamment, qui m'ont amené à la radio* et j'y ai pris goût ! Retraité de l'enseignement, je suis aussi passionné de pédagogie et me considère comme un passeur entre le monde scientifique et le public.

• Parmi la quarantaine d'ouvrages dont vous êtes l'auteur ou le coauteur, citez-nous en trois !
Le Grand Envol, donc, paru en 2001 au Chêne, qui a remporté le grand prix au Festival Chapitre Nature ; Le Manuel d'ornithologie, paru en 2000 chez Delachaux & Niestlé, qui est à la fois personnel et universel ; et Étonnants oiseaux, paru en 2016 chez Glénat.

• Autre singularité, vous êtes plutôt un ornithologue citadin.
Un citadin tricheur car j'ai souvent été à l'extérieur de Paris, mais il est vrai que j'ai commencé l'ornithologie au parc Montsouris. J'ai toujours aimé l'ornithologie en ville. Voir un pouillot siffleur au cimetière Montmartre, c'est plus intéressant qu'en forêt de Rambouillet ! Je partage le point de vue de Nicholson qui a étudié l'avifaune londonienne pendant des années : il y a un effet de loupe en ville par rapport à la campagne. Quand on voit un rougegorge en septembre dans un square, par exemple, on sait que c'est un migrateur.

• Vous y conduisez même des suivis scientifiques… J'ai croisé un jour aux Tuileries une mouette rieuse finlandaise baguée et ça a été le déclic !  D'abord avec quelques amis ornithos parisiens puis seul, j'ai choisi de faire de ces oiseaux hivernant dans la capitale un objet d'étude. J'ai à mon actif, depuis 2005, plus de mille lectures de bagues sur près de 300 oiseaux différents. C'est un fichier intéressant pour le Muséum et cela contribue à comprendre comment la mouette rieuse hiverne, quel est son taux de fidélité à ses quartiers d'hivernage… Ma retraite en Bretagne va me permettre de rédiger un article de synthèse à partir de ces centaines d'heures d'observation. J'y étudierai ensuite les goélands, mais aussi la loutre. On oublie parfois que je m'intéresse aussi aux mammifères (je pose même des pièges photos !)… et aux lépidoptères, ma première passion.

• Vous avez toujours eu un engagement militant en parallèle ?
J'ai défilé à Bordeaux dès le début des années 70 pour lutter contre la tenderie avec la LPO. Je n'ai jamais cessé de siéger à un conseil d'administration d'association ornithologique depuis février 1975. J'ai été plusieurs fois président du Corif, dont je suis actuellement vice-président. Enfin, depuis 2016, je suis administrateur de la LPO.

• Quel lien entretenez-vous avec le Festival de Ménigoute ?

J'y suis allé une fois il y a une vingtaine d'années. J'ai toujours privilégié ma vie privée par rapport à l'ornithologie et il se trouve qu'à chaque Toussaint j'ai une réunion de famille, à laquelle je vais exceptionnellement déroger cette année ! Mais un des membres du Corif  est chargé de proposer à chaque assemblée générale un film qui a été primé ou remarqué au FIFO : je garde donc le contact ! Je reprends à mon compte le dernier billet d'Allain Bougrain Dubourg où il parle du festival comme une "caisse de résonance efficace". On a perdu tellement d'oiseaux ces trente dernières années… C'est un excellent moyen d'alerter et il est fondamental que cette manifestation existe, car elle réunit aussi les passionnés. Je suis donc extrêmement content et honoré qu'on ait pensé à moi comme président du jury. Je suis avide de discussions et j'espère qu'on ne sera pas tous d'accord !

Propos recueillis par Catherine Levesque.

 

Jacques BORDON, membre du bureau d'ASTERS Conservatoire d'Espaces Naturels de Haute-Savoie

Né à Clarafond (74), il a été élève à l'ENS de Saint Cloud où il obtient l'Agrégation de Sciences de la Nature en 1971.
Naturaliste généraliste, il participe à la réalisation d'inventaires et atlas floristiques et faunistiques. Il est membre de plusieurs associations scientifiques dont la Société Botanique de France, la Société Botanique de Genève, la Société Entomologique de Genève, la LPO Haute-Savoie. Il est membre de comités scientifiques de plusieurs Réserves naturelles (RN Haute-Savoie, RN de la Haute-Chaîne du Jura, RN du Marais de Lavours). Il est membre du bureau d'ASTERS Conservatoire d'Espaces Naturels de Haute-Savoie.

Pierre BRESSIANT, Réalisateur

Il est auteur et réalisateur d’une cinquantaine de films nature diffusés par les télévisions en France et à l’étranger. Familier du festival de Ménigoute, il y a participé à la sélection en 2016 avec son film « L’Eau et sa Planète » et reçu en 2007 le prix Nature et Découverte du Fifo pour son film « les Superpouvoirs de la taupe ».
Pierre Bressiant assiste aussi régulièrement les étudiants de l’Iffcam dans l’écriture et la réalisation de leurs films.

 

Michel FOUQUET, Conseiller ornithologique du Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres

Passionné par les oiseaux depuis l'enfance, il en a fait son métier. D'abord à l'Institut National de la Recherche Agronomique, puis au Centre National d'Études et de Recherches Appliquées sur l'Avifaune Migratrice de l'ONCFS. Spécialisé sur les anatidés et les limicoles, son travail le conduit chaque année en Afrique de l'Ouest et en Afrique Centrale pour des opérations de dénombrement et de baguage. Très impliqué dans le FIFO depuis le début, il assure le contrôle scientifique des traductions des commentaires des films doublés.

Ruí GUERRA, Réalisateur

Sa passion pour la mer et de l'image sous-marine a commencé dans les années 80. Il a participé à plusieurs concours de photographie sous-marine et a obtenu plusieurs prix, dont six titres de champion national, vice-champion du monde et champion du monde dans une catégorie, entre autres.
Il est actuellement l'entraîneur national de photographie sous-marine au Portugal. Il a été organisateur, directeur et membre du jury dans diverses compétitions et concours d'images, y compris pour le Championnat d'Europe de photo sous-marine et le Festival Finisterra Arrábida Film Art & Tourisme au Portugal.
Il s'est spécialié dans des tournages sous-marins pour des documentaires, des films et de la publicité.

Roger LEBLANC, Réalisateur

Après des études en théâtre, Roger Leblanc œuvre dans ce domaine pour quelques années. Il s’engage ensuite, dans une carrière en production télévisuelle. Depuis, il a réalisé plus d’une centaine d’heures de production (203 émissions et documentaires). En parallèle, il poursuit une passion pour la nature et l’observation des oiseaux. Roger Leblanc réussit à marier ces deux démarches en signant 18 documentaires animaliers (une série de 12 demi-heures et 6 documentaires d’une heure). Trois de ceux-ci ont été sélectionnées pour présentation au Festival de Ménigoute, et son film Migrations y remporte le Lirou d’Or en 2007. Sa démarche se résume comme suit : faire connaître la nature et ses merveilles au plus grand nombre en espérant que de cette connaissance naîtra la volonté de vouloir mieux protéger l’environnement, dont nous dépendons tous.

 

 

Pierrick MARION, Chef du service Eau, Sites et Paysages de la DREAL de Poitou-Charentes.

Passionné depuis toujours par la protection de la nature, il a pu en faire son métier et aussi ses loisirs. Bagueur depuis l'âge de 16 ans, il continue tous les ans avec son frère, de baguer hérons, aigrettes, cormorans et spatules en Brière et au lac de Grand-Lieu, dont le classement en site et en réserve a nécessité une énergie de longue haleine. Ses photographies animalières ont permis de nombreuses illustrations dans les ouvrages sur Grand-Lieu. Il apporte volontiers son expertise dans le domaine du documentaire animalier au jury du Festival de Ménigoute, dont il est membre depuis l'origine.

Isabelle ROGEZ, administratrice de la Fédération des clubs Connaître et Protéger la Nature

Elle est administratrice de la FCPN chargée des questions de pédagogie et de communication. Biologiste de formation, naturaliste dans l'âme, elle vient du monde scientifique, diplômée en biologie et physiologie végétale. Elle est par ailleurs rédactrice en chef du journal Wapiti, le magazine Nature-Science-Environnement des 7-12ans.